Sélectionner une page

Mes aventures pour arriver à Ushuaia

Décembre, 2018

Mes aventures pour arriver à Ushuaia

De Buenos Aires à Ushuaia

A Buenos Aires

Cela semble simple de prendre un avion de Buenos Aires à Ushuaia. Oui, sur le papier. Mais vous le comprendrez à travers mes prochaines aventures, rien ne se passe comme prévu avec moi.

Très contente d’arriver en terre argentine et à l’idée de passer 14h à l’aéroport (si si, même pas peur en plus !) je prends mon mal en patience et décide de me connecter un peu, d’appeler une de mes amies. Nous avons beaucoup trop de potins en retard, comprenez-vous ?

Je me pose confortablement dans un siège, me connecte, papote puis, en fixant les écrans des départs, je constate qu’aucun vol ne mentionne Ushuaia. Ma curiosité éveillée, je raccroche quelques instants pour percer ce mystère.

Le bon aéroport

Vous l’aurez deviné n’est ce pas ? Je suis bien à Buenos Aires mais pas dans le bon aéroport. Je relativise tout de même. 14 heures devant moi devraient ME suffire pour trouver le bon. Je vous passe les divers aller-retours effectués dans l’aéroport. Je ne comprends rien à ce qu’on me raconte. Je me retrouve devant un bus local qui me dit que je suis bien dans le bon aéroport. On ne va pas s’en sortir, c’est sûr. Revenant sur mes pas, je trouve enfin la bonne information et monte dans le bus correspondant. Une heure s’est écoulée. Plus que treize heures, ça devrait bien se passer.

Second aéroport

Après avoir failli descendre à proximité des bidonvilles, je descends enfin au bon arrêt après avoir échangé un ensemble de gestes qui me caractérisent tant, avec une famille argentine dans le même bus. Peu importe, j’y suis !

A votre avis, que fais-je en arrivant ? Je rappelle ma copine bien sûr ! Les potins n’ont pas dit leur dernier mot. Vous le comprenez, je n’en doute pas. Une heure s’écoule. C’est fou comme le temps passe vite avec ses amis. Ils sont si loin, géographiquement parlant, mais si près de moi en même temps. Je raccroche et grignote quelques cochonneries. Vingt minutes après, un second appel d’un ami. On part pour 1h30 au téléphone. Ça passe vite ce temps dans cet aéroport, c’est génial !

Après vérification, la sentence tombe. Je me suis trompée lors de l’achat de mon billet en France… je n’arrive pas à Ushuaia mais à Rio Grande. Qui se trouve a 4h en voiture d’Ushuaia. Alors à pieds, on va vite oublier. Et en bus, il n’y en a qu’un par jour.

Je tente au guichet de la compagnie aérienne. Il s’est bien marré ce monsieur… oui, je me suis trompée. Ouf, il reste une place sur le vol vers Ushuaia que je m’empresse de réserver. Entorse au budget mais c’est la plus économique dans cette panade. Soit. Je veux être à Ushuaia le 31 décembre, j’y serai.

On ne s’improvise pas voyageuse tour du mondiste du jour au lendemain. C’est presque un métier… J’apprends. Tous les jours.

Le plus important à cet instant précis est de monter dans le bon avion, de voler jusqu’à Ushuaia, de marcher jusqu’à la ville et à mon auberge de jeunesse. La suite, je n’en sais encore rien…