Sélectionner une page

Mon stop en Nouvelle Zélande - épisode 3

Mars, 2019

Mon stop en Nouvelle Zélande - épisode 3

Le Tongariro vs le challenge cardiaque puis route vers le sud 

Je suis ravie de voir que tu t’apprêtes à lire l’épisode 3 de mon stop en NZ !

Après le yoga et ma petite montagne, en voilà une autre mais bien plus grosse ! Le Tongariro

Randonnée alpine crossing Tongariro

Cette randonnée, alpine crossing de 19km, faisait clairement partie de ma top liste. Après avoir essuyé un refus d’un premier camping, je repars sur la Route, chercher un endroit Dispo pour la Nuit. Il est déjà 16h et les places se font chères. J’en trouve finalement un avec une seule Place Dispo pour ma Voiture. La nuit tombe très vite et le froid commence à me geler les pieds. Il est temps de dormir car demain matin un shuttle m’attend à 5h du matin pour me déposer au point de départ de la rando.
Le réveil sonne à 4h30, ça pique ! Mon sac est prêt, ma Gamelle, mon bonnet mes boots aussi. J’ai 10 minutes de marche depuis le camping jusqu’au stop du shuttle. Je prends ma lampe torche et en plein chemin je m’aperçois que le faisceau de lumière n’éclaire quasiment rien. Hormis la lune, je suis plongée dans la nuit totale. J’ai une frousse de fou. J’arrive au point de rendez-vous et j’attends là, avec les bruits des animaux nocturnes autour de moi, sans les voir. 5h10 le shuttle arrive finalement. Je commence la randonnée à 6h. Le soleil se lève 20 minutes après. Un régal de couleurs pour les yeux. Quelques marcheurs devant mais sinon je marche seule. J’arrive à un panneau d’avertissement qui recommande de rebrousser chemin aux marcheurs non expérimentés. L’ascension est raide et rude. Je suis une bonne marcheuse mais avec mon cœur j’hésite fortement. Je prends alors mon temps et vérifie mes pieds. Pas question de reproduire les erreurs de l’Argentine et du Chili.
Je peux le faire. Quelque soit le temps que je mettrai. Je peux le faire. Et devine quoi…? Je l’ai fait et c’était magique…

Direction Wellington et le ferry

Après avoir grimpé le Tongariro, je me suis tâtée à m’écrouler dans ma voiture et rester dans ce camping sans douche ou à rouler vers Wellington et prendre le Ferry de nuit pour Picton (super discount ce jour-là!). J’opte pour le ferry. Après mes 7h de rando, 5h de route m’attendent à travers les montagnes, puis ferry à 2h du mat. La Journée s’annonce interminable et je pue… OMG (oh my god!). Prix à payer pour aller vers le sud, l’été se termine et ça commence déjà à être humide. Épuisée en arrivant à Wellington, je m’écroule à l’arrière de la voiture pendant 2h puis j’embarque sur le ferry avec ma Voiture (fingers in the nose!) où je m’écroule à nouveau littéralement telle une crêpe sur 2 sièges avec mon duvet.

4h après panique à bord il est temps de désembarquer. A toute vitesse, je cours avec mon sac de couchage sous le bras, une tête à faire peur, la bouche pâteuse car j’ai soif et là, je croise un charmant jeune homme. L’envie de le mater m’a vite échappée, me rappelant l’état dans lequel j’étais. Je monte dans ma voiture et je débarque à Picton à 5h du mat. Il fait nuit noire encore. Au bout d’1h30, je remonte en ville et commande des œufs au plat et des toasts. Comme je suis bien ! Les douceurs matinales comme j’aime. Puis petite marche. Il fait un soleil éclatant. Je rêve d’une douche et d’un endroit sympa pour garer la voiture pour la nuit. Camping trouvé, douche prise, dîner préparé, je lis un livre et je m’écroule. Demain est un autre jour…

Je passerai finalement 3 jours à Picton, avant de reprendre la route vers un lieu, qui me réserve plein de belles surprises et de rencontres.