Sélectionner une page

Ushuaia

Décembre, 2018

Ushuaia

Ushuaia ou être à l’autre bout du monde le 31 décembre…

Ushuaia au soleil ?

Que l’on se mette tous bien d’accord. Ushuaia n’est pas une destination ensoleillée, où il fait bon se prélasser sur son transat, en sentant délicieusement le gel douche aux fruits tropicaux…

A ne pas confondre avec Tahiti n’est-ce pas ? Je ne fais que répéter ce que j’entends. D’ailleurs, le contraire m’aurait fortement contrariée. Je n’ai pas pris de bikini.

Ushuaia, le bout du monde ?

Qu’on le répète une bonne fois pour toute, Ushuaia n’est pas la ville la plus australe au monde. Malgré son expression de « Fin del mundo » ou « ville du bout du monde », Ushuaia n’est pas la plus excentrée. Il s’agit de Puerto Williams, qui se trouve… du côté chilien ! Ne dites donc pas à un Chilien qu’Ushuaia, côté argentin, s’impose comme la ville du bout du monde. C’est faux et vous allez copieusement l’énerver. C’est comme le train pour Caen de Raymond Devos, ce n’est pas simple…

Les Argentins ont été simplement meilleurs en marketing international, quitte à extrapoler un peu la vérité et à voler la vraie vedette à leur voisin chilien.

Mon choix pour Ushuaia

Je n’avais pas choisi Ushuaia par hasard et encore moins à n’importe quelle époque. Le 31 décembre 2018, j’avais décidé de le célébrer à l’autre bout du monde. Comme une date, un lieu symbolique. La fin d’une page, le début d’un nouveau chapitre. Alors, en sortant de l’aéroport, je me lance le défi d’accéder au centre ville en marchant. 40 min indique google maps. Soit. Je me mets en route et bien évidemment… je me perds. En fait non. Je foulais bien la bonne route, mais mon plan obsolète me laissait dubitative sur le dernier axe à parcourir. J’ai alors suivi deux Argentins qui se rendaient à l’office de tourisme. Parfait !

Je glane quelques informations touristiques, je marche dans le centre ville, prenant doucement mes repères. Mon check-in à l’auberge n’est qu’en début d’après-midi. Je trouve un café sympa et m’écroule littéralement dans un siège confortable. Après le déjeuner, j’ai rendez-vous avec des Français, des copains bretons de copains bretons. Vous savez ce que c’est. Les Bretons. Ils sont partout…

Ma fin après-midi à Ushuaia

Je rencontre les garçons, Jérôme et Remi, pour la première fois. On a beau avoir une amie en commun, le besoin respectif de s’apprivoiser se ressent. Progressivement dans l’après-midi, je découvre qu’ils viennent du Minihic sur Rance. A côté de Saint-Malo ! Ce monde, si petit, je l’aime. Les garçons reviennent de 3 semaines en Antarctique avec des clients. Les pauvres semblent lessivés. Le Cap Horn, le passage de Drake ne font pas figure de légende pour rien. Les océans s’y rencontrent, s’y déchainent, les vagues atteignant facilement dix mètres de creux. On ne rigole pas au Cap Horn.

Ils repartent en mer dans 3 jours avec de nouveaux clients et doivent préparer à nouveau le bateau. N’étant ni pressée, n’ayant aucun plan pour la fin de journée, et les jours suivants, je décide pour la première fois de ne rien planifier et de me laisser aller. Je leur file un coup de main sur le bateau à nettoyer. L’après midi passe très vite. Le temps de déposer mes affaires à l’auberge et c’est déjà l’heure de l’apéro. Les Bretons, notamment, ne passent jamais à côté de l’apéro ! Je ne citerai personne ici.

Un 31 décembre 2018 à Ushuaia

Notre apéro du 31 décembre s’éternise un peu. Il est à présent temps d’aller à la marina rejoindre les autres marins à la fois pour être au chaud, pour dîner et pour se souhaiter une bonne année 2019 !

Je ne vois pas la soirée passer. Voilà presque 24 heures que je n’ai pas dormi. Les traits tirés, je décide de laisser les derniers survivants et d’aller me coucher. Demain, nous avons décidé d’explorer les montagnes en dehors de la ville d’Ushuaia. La nuit fera du bien à tout le monde.

Je vous souhaite alors une bonne nuit (quelque soit l’heure à laquelle vous lirez cet article) et une merveilleuse année 2019 depuis Ushuaia, en terre de feu argentine. Que cette année vous apporte chaleur, amitié, rencontres, de nouveaux projets. Qu’elle vous encourage à non seulement croquer la vie à pleines dents mais aussi à élargir votre regard, à voir plus loin. Au-delà. Voyager c’est vivre et changer son regard sur tellement de choses. Encore une fois, belle année à vous tous.

Je vous embrasse.